Culture
Dossiers
Pour rester informé, saisir votre mail :

     
 
 
Suivre Caserita.com sur Twitter
 
   
Caserita.com sur Facebook
   
La Ch'alla: un rituel andin
     
 

La challa ou ch'alla est une cérémonie de réciprocité andine qui se fait avec les dieux et en particulier avec la Pachamama, et qui se base sur le fait d'arroser la terre ou d'autres biens avec de l'alcool et d'autres éléments symboliques comme des pétales de fleur.

Cette cérémonie peut se comparer à une bénédiction, où l'on baptise quelque chose, sous le témoignage des dieux afin qu'ils la reconnaissent comme leur, comme faisant partie de la communauté, l'accepte et la protège. 

Dans la campagne andine, ce rituel consiste à couvrir la terre de pétales de fleur et enterrer des biens tels qu'une casserole de pommes de terre, des cigarettes, des feuilles de coca ou de l'alcool pour alimenter la Pachamama. Ce faisant il faut également prier, boire, danser et chanter.

En ville, on fait la ch'alla en décorant une propriété (une maison, un magasin, une voiture, etc.) avec des serpentins de couleur et on l'arrose avec de l'alcool, des graines, des pétales de fleur et des confettis dans chaque recoin de celle-ci.

Cette pratique, bien que sous différentes formes, est reprise dans beaucoup de cultures traditionnelles, comme par exemple en Afrique où l'on offre la première gorgée aux ancêtres en la versant sur le sol.
On la retrouve également dans nos rituels actuels; le fait d'arroser l'objet de la bénédiction pourrait se comparer au rituel chrétien du baptême, où l'on arrose également le nouveau né d'eau bénite.

Et enfin dans nos pratiques de tous les jours, où elle n'est désormais plus liée à une religion ou à des dieux; comment ne pas faire le parallèle avec la bénédiction et l'inauguration occidentale où l'on lance une bouteille de champagne sur la nouvelle propriété afin de l'arroser?
Enfin on pourrait aussi voir un lien avec la bouteille de champagne que l'on débouche le jour du nouvel an pour accueillir la nouvelle année qui vient... Et de manière générale à chaque évènement important que l'on fête; on arrose ça?

En Bolivie, la ch'alla peut se faire pour inaugurer un nouveau bien, ou pour bénir un ancien bien afin qu'il perdure dans le temps et continue à s'épanouir.

Elle est aussi faite sur toute offrande aux dieux et à la Pachamama comme bien sûr la table de cérémonie ou apxata. Celle-ci consiste en un autel coloré sur lequel sont déposées des offrandes pour la Pachamama. L'apxata est recouverte d'un tissu traditionnel d'aguayo sur lequel sont déposés des fruits, des caramels, des céréales, des épices, des confettis, des noix, du vin, de l'alcool, des pétales de fleur, des serpentins, un foetus de lama, etc.

Les offrandes de la table doivent être ch'alléesbrulées et fumées avec des bois aromatiques de Koa et palo santo, pour ensuite être enterrées et offertes à la Pachamama.

Autant en ville qu'à la campagne il est d'usage d'utiliser des pétards durant les cérémonies car, selon les croyances, le bruit éloigne les mauvais esprits. 

Le mois d'aout est le mois de la Pachamama et de la ch'alla dans la campagne, car c'est lors de ce mois que la terre doit se fortifier, après un long hiver, et s'ouvrir pour recevoir les nouvelles semences qu'elle devra faire pousser pour nourrir le peuple.

En ville on fait la Ch'alla en février ou mars, lors de la semaine de carnaval. Le vendredi du carnaval on ch'alle les bureaux et le lieu de travail et le mardi on ch'alle les maisons. 

La nourriture est un élément central de la ch'alla, et chaque région à un plat assigné pour accompagner la cérémonie. À Cochabamba, on sert le traditionnel Chajchu, un plat à base de viande d'agneau frite. À La Paz c'est le Puchero qui est mangé le mardi de la ch'alla du carnaval; il s'agit d'une soupe avec plusieurs viandes, accompagnée de pois chiches, choux, maïs, navets, épices, pommes de terre et une sauce piquante d'oignons. 

Dans les zones rurales de l'altiplano on mange souvent l'ancestral aptapi, qui consiste en un repas commun, où chaque invité apporte sa part: pommes de terre, tuntas et chuños (pommes de terre déshydratées), viande, maïs, fromage, fèves, etc.  

La Ch'alla se caractérise par le fait qu'elle est très pittoresque, pleine de couleurs, d'objets, de bière et de nourriture. C'est un évènement où les participants partagent et donnent leur joie, au son des rythmes du lieu, en même temps qu'ils vénèrent, demandent, remercient et nourrissent la Pachamama. 

 
   
 

Articles liés

 
     
 
Les marchés en Bolivie
En Bolivie, il y a de nombreux marchés dans les villes ainsi que dans les villages. Le marché comme on le connaît...
 
Alasitas, le monde miniature de l’Ekeko
La fête des Alasitas est une tradition incontournable de la ville de La Paz. Basé sur d’anciennes coutumes du peuple Aymara, cet...
 
   
 

Commentaires - Laisser un commentaire

 
     
 

Pour laisser un commentaire sur cet article,
cliquez ici
 
 
     
     
Découvrez notre boutique d'artisanat bolivien www.caserita.com
 
Participez à la rédaction, partagez vos expériences, photos, infos de Bolivie. Contactez nous
Bonnet pour Bébé - Laine d'Alpaga
 
16.00
 
   
Poncho Kangourou en Laine d'Alpaga
 
69.00
 
   
Long poncho ruana Brocart - Laine d'Alpaga
 
99.00
 
   
     
Caserita.infoContact
© Caserita Handicraft SRL