Beni (Trinidad)
Intro
À ne pas rater
Plats
Fêtes
Population
Artisanat/Art/Musique
Histoire
Climat/géo
Personnage important
Pour rester informé, saisir votre mail :

     
 
 
Suivre Caserita.com sur Twitter
 
   
Caserita.com sur Facebook
   
Parc National et aire de gestion intégrée Madidi
     
 

Le parc national et aire naturelle de gestion intégrée du Madidi se trouve sur les provinces Iturralde et Franz Tamayo, au nord-est du département de la Paz. 

Il est limitrophe à l'aire de  gestion intégrée d'Apolobamba, la réserve de la Biosphère et terre communautaire de Pilón Lajas et, à l'ouest, la réserve Nationale de Tambopata et le parque national de Bahuaja Sonene du Pérou.

Le parc National Madidi est un des parcs de Bolivie qui héberge le plus de biodiversité, en faune et en flore et aussi en étages écologiques car il s'étend des neiges perpétuelles aux plaines amazoniennes et héberge différentes communautés sur son territoire. 

Le saviez-vous?

Le parc fut déclaré par la revue National Geographic comme une des zone contenant le plus de biodiversité et un des 20 lieux de haut intérêt touristique au niveau mondial. 

Grâce à son énorme qualité environnementale, il génère des bénéfices économiques significatifs pour la région à travers la conservation et l'écotourisme.

La zone est située au point de rencontre de la cordillère orientale, de la cordillère sub-andine et des basses terres orientales. Géographiquement elle comprend les éco-régions de la Puna, des forêts humides et nuageuses de montagne et les forêts humides des plaines.

Généralités

Année de création: 1995

Superficie: 1 895 740 hectares (18 957 km2) dont 1 291 819 hectares correspondant au parc National et 603 921 à l'aire de gestion intégrée. C'est une des aires protégée la plus grande de Bolivie.

Altitude: depuis les montagnes d'Altuncama aux plaines entre le fleuve Heath et le Madidi, la zone a une altitude variant de 5760 à 180 mètres.

Géomorphologie: essentiellement montagneuse, avec des reliefs abruptes, de profonds canyons et une grande variété d'étages écologiques.

Hydrographie: la zone se caractérise par sa grande quantité de bassins hydrologiques qui sont formés par les fleuves Tuichi, Madidi et Quendeque tributaires du fleuve Beni, et le fleuve Heath tributaire du fleuve Madre de Dios. 

Climat: le climat est varié, variant du froid de la zone andine, au tempéré dans les zones intermédiaires, à chaud dans les basses terres du nord. 
Précipitations: dans les collines intermédiaires il y a 1800 mm de précipitations annuelles tandis que dans les montagnes pluviales subandines, comme dans le haut Madidi, on observe une pluviosité de plus de 5000 mm par an.
Les températures moyennes oscillent autour de 25 ºC, avec une moyenne de 33ºC d'octobre à janvier et de 10 à 20 ºC entre mars et juin. 

Flore 

La grande hétérogénéité des habitas détermine la présence d'une grande variété d'espèces de plantes. 
4838 espèces de plantes vasculaires ont été enregistrées dans la zone mais on estime qu'il y en a 5000, comme par exemple: le Tessaria integrifolia ou le Salix humboldtiana qui poussent dans les plaines alluviales et les espèces comme Ochroma pyramidaleCecropia membranacea qui poussent dans le sable, ou encore les BaccharisBarnadesia qui poussent dans les endroits de buissons denses

Dans les bois nuageux de cimes de montagne, où les arbres sont couverts de mousses et de lichens, dominent les genres PodocarpusBrunelliaWeinmannia etc. Il y a aussi des zones herbacées mélangées avec des arbres.

Faune

La faune du parc est également aussi diverse que les étages écologiques. On a enregistré 1370 espèces auxquelles on estime que l'on peut ajouter 600 espèces de plus.

Mamifères

 156 espèces reportées dont le jucumari, le chat andin, le puma, le jaguar, l'ocelot, le cerf andin, le pécari à collier, le cerf des marais, la loutre géante, et une grande variété de singes: le singe araignée, le hurleur roux, le Sapajou de Guyane, le singe jaune.

En plus de cela on a identifié des espèces endémiques comme le capibara et le Callicebus aureipalati une espèce de singe récemment découverte. 

Oiseaux

914 espèces enregistrées et 1150 estimées, soit 83 % des espèces du pays dont: paraba roja, tyranido, águila crestuda, tunqui, harpía et la Grallaria erythrotis, espèce endémique en voie de disparition.

Amphibiens

84 espèces enregistrées, 172 estimées, soit 85% des amphibiens du pays dont 30 endémiques.

Reptiles

71 espèces enregistrées, 180 estimées, soit 70% des reptiles du pays. Dont beaucoup d'espèces de grosse taille comme les boas, anacondas, sauriens, tortues, couleuvres, chassées pour leur chair, leur peau ou pour être domestiquées. 

Poissons

192 espèces enregistrée, 296 estimées, soit 51% des espèces du pays.

Population

On pense que la zone fut habitée bien avant l'époque coloniale. Ces communautés précolombiennes, comprenant diverses ethnies, auraient été plus développées que les populations vivant actuellement à cet endroit.  
Lors de la conquête espagnole les colons ont rassemblé ces ethnies en regroupements appelés les réductions (Apolo, Tumupasa, Moxos, San José de Uchupiamonas, San Buenaventura, etc.), leur imposant leur langue et leur religion. Cette colonisation a eu un impact énorme sur les cultures préhispaniques qui bientôt furent unifiées et fusionnées en une seule ethnie; les tacanas. Les tacanas prédominent actuellement le territoire est de la zone protégée.

Plus récemment il y a eu des vagues de migration des peuples des hautes terres (aymara et quechua), subventionnées par le gouvernement dans les années 70 et pour la construction de la nouvelle route à Ixiamas dans les années 80.

Actuellement 31 communautés vivent dans la zone (9 dans le parc et 22 dans la zone de gestion intégrée), elles sont principalement situées le long des grands routes ou proches des principaux centre urbains (Rurrenabaque, Ixiamas, San buenaventura, Apolo).

En savoir plus (en anglais ou en espagnol)

Pratique

Services

Vous trouverez toutes les infrastructures nécessaires à Rurrenabaque: hôtel, restaurants, piscine, location de vélo, location de Kayak, etc.

Dans la réserve il y a des communautés (San miguel de Bala, Chalalàn) qui ont mis en place des infrastructures pour accueillir les écotouristes et organisent des séjours pour aller à la rencontre des indiens.
Par ailleurs à Rurrenabaque vous trouverez également de multiples agences qui proposent des tours organisés comprenant le logement, la nourriture et le guidage.

Il est impossible et interdit d'aller dans la réserve sans guide et sans droit d'entrée. 

Les prix des tours dans le parc varient entre 25 et 40 $ par jour.

Accès

Les points d'entrées du Parc sont Pelucho et Apolo au sud, Rurrenabaque à l'est, Tumupasa au nord-est et le fleuve Madre de Dios au nord.

Toutes ces localités sont accessibles par voie terrestre depuis la Paz, mais les routes ne sont pas asphaltées, longues et périlleuses. 

Rurrenabaque, le meilleur point de départ, se trouve à 18 heures de bus de la Paz et à 1 heure en avion.
Les compagnies TAM et Amaszonas desservent Rurrenabaque tous les jours. 

Retour à la liste

 
   
   
 

Commentaires - Laisser un commentaire

 
     
 

Pour laisser un commentaire sur cet article,
cliquez ici
 
 
     
     
Découvrez notre boutique d'artisanat bolivien www.caserita.com
 
Participez à la rédaction, partagez vos expériences, photos, infos de Bolivie. Contactez nous
     
Caserita.infoContact
© Caserita Handicraft SRL